Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 11:57



Civiliser signifie passer de l’état primitif à un degré X d’évolution. Au regard des civilisations dans les pays, y compris le notre, l’interprétation du X n’est pas simple !


Pourquoi artificialisons-nous la mort qui est naturelle ? Est-ce au nom d’une imaginaire éternité ? Est-ce à la recherche d’un monde meilleur ? Est-ce pour s’autodétruire ?


Ce sont de grandes questions, elles me font penser à une évidence, néanmoins, il me faut la préciser.
J’écris que la mort est naturelle, mais, se défendre contre la mort est naturel aussi ! A fortiori quand elle est artificialisée !
Il est bien évident que j’exclus de l’atificialisation de la mort, les morts volontaires -suicide- et, la mort provoquée par médication, pour coma prolongé et/ou volontairement demandé, les débats à ce sujet sont en cours. La mort artificielle est d’origine politique – guerre, terrorisme et autres provocations-
Réfléchissons !
La vie est un espace temps entre la naissance et la mort. Seul le matériel, constitué par de la matière, échappe à cette mort, il file dans la nature et devient un inconnu dans l’infini. Nous sommes issus de la nature à l’aide de la physique-chimie-biologie. La nature nous reprend.
Après la mort, c’est dans la nature que, par les pouvoirs de la physique-chimie, se trouve notre éternité.
La mort est donc notre inéluctable fin sous la forme vivante et pensante, telle est notre observation scientifique aujourd’hui. Observons aussi que durant notre vie nous fabriquons des risques qui mènent, nous, éléments de la nature et le reste, à la mort artificielle.
Préparons-nous ainsi un suicide collectif ?
Pourquoi le précipiter ?


Réfléchissons !


La végétation, l’animal et, l’être dit « humain », tout ce petit monde redeviendra matériel, il appartiendra à nouveau aux domaines scientifiques. La physique et la chimie entrerons naturellement en action. Le travail des futurs chercheurs est assuré afin de progresser sur les routes de l’infini d’avant et, sur les routes de l’infini d’après, afin d’en savoir plus !
Notre VIE en dépend !
Est-ce là notre vraie éternité ?!
Il est difficile de la concevoir autrement.


Philosophons !


L’évolution a fait que nous sommes des êtres pensants nés du matériel. Au cours de mes écrits cette remarque sera souvent sous-jacente.
Démocrite, philosophe grec, 400 ans avant Jésus Christ, était considéré comme étant le père du matérialisme. Pensait-il, déjà, qu’il était difficile de concevoir autrement le système BCPE* qui, aujourd’hui encore, nous oblige constamment à de nouvelles hypothèses sur le chemin d’une éventuelle compréhension de notre existence.


*BCPE : Biochimicophysicoelectrique = modeste détail du moteur de notre système nerveux central.
Le néant est l’absence d’existence, il lui est très difficile de nous barrer la route vers l’infini d’avant ainsi que la route vers l’infini d’après. Ce grand voyage implique des recherches vers l’infiniment petit et vers l’infiniment grand.


Ce grand voyage nous oblige au respect de la nature au sein de laquelle nous vivons et sans laquelle nous ne pouvons vivre.
Attention ! Par nos conneries humaines répétées nous détruisons le BCPE avant de savoir vraiment comment il fonctionne.
Ainsi nous accélérons notre vitesse vers l’anéantissement de notre civilisation.


Nous nous comportons comme si nous étions pressés de redevenir matériel sous forme de minuscules atomes en ballade dans l’espace.
Espérons que notre système nerveux central nous permettra de trouver le moyen de ralentir notre progression un peu trop précipitée vers l’anéantissement de l’humanité qui est encore cousu d’hypothèses.


Denis Diderot * nous dit « Il y a deux moyens d’apprendre ;
La première c’est d’interroger toujours quand on ignore les choses.
La deuxième c’est de chasser la folie qui a pris possession de votre cerveau, car une fois la fantaisie mise dehors, vous fermez la porte et l’empêchez de rentrer à jamai
s ».

Les chercheurs, futurologues, scientifiques, philosophes et poètes, ont encore beaucoup d’ouvrages à écrire !

Emblavons le bon grain

Raymond Chermat

Partager cet article

Repost 0
Published by Raymond Chermat
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Raymond Chermat
  • Le blog de Raymond Chermat
  • : Des pensées venues en écoutant les autres au fil des jours.
  • Contact

Recherche

Liens