Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 18:10

Le Professeur japonais Mitsuehi MURATA a fait un plaidoyer pour une interdiction totale du nucléaire. S’il vous plait, lisez ci-dessous ce qu’il vous dit :

 

En 1956 la guerre froide était à son apogée, la guerre nucléaire menaçait, l’humanité et mon essai déclaraient que le monde était « au bord de la destruction totale »

Aujourd’hui les conséquences de Fukushima menacent le monde. L’unité contient 10 fois plus de césium 137 que Tchernobyl.

Un plus fort tremblement de terre pourrait signifier son effondrement. Les japonais réalisent par l’expérience que l’énergie nucléaire génère des calamités inacceptables.

L’effondrement de l’unité 4 pourrait en être une.

Le Japon doit assumer le rôle théorique de promouvoir la dénucléarisation à la fois civile et militaire.

Ignorant la situation de Fukushima, la promotion des réacteurs nucléaires continue, chez nous et à l’étranger.

Fukushima ne doit pas être oublié au nom des victimes, et des 170 000 réfugiés, j’appelle à une interdiction totale du nucléaire.

Le monde doit se rendre compte que toute contamination radioactive crée un tort immense et permanent pour l’humanité et la terre.

Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima ne sont pas moins terribles que les bombes atomiques. Les réactions nucléaires sont potentiellement de « superbombes ». Pas une seule arme ne peut rivaliser avec des dommages potentiels qui peuvent être causés par l’unité 4 de Fukushima ou les grands centres de retraitement.

L’accident de Fukushima aurait pu être plus catastrophique pour le Japon et le Monde, le danger toujours présent d’un effondrement de l’unité 4 , après un séisme d’intensité 7 doit être diffusé dans le monde entier.

Un jugement sain n’aurait pas permis la construction de 54 réacteurs nucléaires dans un Japon fréquemment menacé par des tremblements de terre et des tsunamis.

Seul le manque d’éthique et de responsabilité a rendu cela possible.

L’argent et la corruption de la gestion des centrales ont semé les graines de la catastrophe. Ce n’est pas limité au Japon.

La même technologie qui produit cette énergie nucléaire produit aussi les armes nucléaires.

La prolifération des centrales nucléaires conduit à la prolifération des armes nucléaires, comme nous le voyons aujourd’hui  en Corée du Nord et en Iran.

Il n’existe aucun moyen d’assurer la sécurité des générations futures, sauf à éliminer l’utilisation de la technologie de fission nucléaire à travers la planète.

Le manque d’éthique et de responsabilité est mis en évidence par l’absence d’une solution pour les déchets nucléaires qui menacent les générations futures.

Le « village nucléaire » Japonais, ou la dictature nucléaire, envisage le redémarrage et l’exploitation de réacteurs nucléaires retrouvant ainsi un caractère offensif pour l’industrie nucléaire japonaise.

C’est immoral !

Cela ne montre aucun sens de la responsabilité internationale ou intergénérationnelle.

Hélas, je crains que ce ne soit la dernière.

La Japon doit avertir le monde des conséquences de ne pas se diriger vers la dénucléarisation.

Il y a huit ans, j’ai prédit que les compagnies électriques japonaises décideraient du sort du Japon. Il y a deux ans, lors du congrès mondial de l’Association Internationale des Médecins pour la prévention de la guerre nucléaire –IPPNW- à Bâle, j’ai plaidé pour la mobilisation de la sagesse humaine pour éviter la catastrophe ultime qu’une calamité nucléaire pourrait produire.

Malheureusement ces muses en garde n’ont pas détourné mes craintes.

Compte tenu des conséquences d’un accident nucléaire dans le monde entier, les pays qui ne possèdent pas de réacteurs nucléaires devraient exhorter à la dénucléarisation, qu’elles soient civiles ou militaires. Les pays qui ont déjà opté pour l’énergie nucléaire devraient faire de même également.

À l’origine, le Japon avait une culture maternelle caractérisée par l’harmonie et la solidarité. Après la restauration MEIJI – Empereur - a été introduite au Japon, une culture paternelle, caractérisée par la compétition et la confrontation sous forme militaire. L’histoire montre que les cultures paternelles finissent par des catastrophes.

Fukushima est le résultat de la suprématie de l’économie, une autre forme de culture paternelle introduite après la seconde guerre mondiale.

La culture maternelle de l’harmonie est le remède à la culture paternelle du pouvoir.

Les accidents nucléaires entrainent des conséquences illimitées, inacceptables pour la société humaine.

Fukushima est un rappel que la possibilité d’une telle catastrophe devrait être complètement nulle.

Le grand principe d’un monde sans armes nucléaires et sans réacteur ne doit pas être oublié.

La transition vers une civilisation maternelle est une condition préalable à cette vision.

L’humanité est aujourd’hui confrontée à une crise de civilisation. La vraie cause est le manque d’éthique. Une éthique fondamentale interdirait l’abus et l’épuisement des ressources naturelles, en laissant des déchets durablement toxiques et une énorme dette dans son sillage.

Une éthique mondiale nécessite une culture maternelle respectant l’environnement et les intérêts des générations futures. Trois transitions sont nécessaires :

Transformer l’égoïsme en solidarité, la cupidité en contentement et l matérialisme en spiritualisme.

Les énergies naturelles et renouvelables pourraient largement couvrir les besoins d’une telle civilisation, avec une période de transition complétée par des combustibles fossiles.

Nous devons nous préparer à faire des sacrifices à cours termes dans nos modes de vie pour la sécurité à long terme de l’humanité et la terre sans énergie nucléaire.

La proposition de tenir un Sommet Èthique aux Nations Unies attire désormais plus l’attention mondiale. La trinité d’éthique mondiale, civilisation maternelle et dénucléarisation doit devenir une réalité. 

Le Président OBAMA, de « monde sans armes nucléaires » doit devenir le monde « sans réacteurs nucléaires ».

Le Sommet d’Èthique des Nations Unies est la première étape concrète. Je souhaite ardemment que le Président OBAMA prenne l’initiative de réaliser ce sommet et de créer une journée internationale de l’Èthique Planétaire pour servir de rappel annuel. Initialement la controverse sur le contenu doit être soigneusement évitée.

En conclusion permettez moi de dire ceci :

La situation critique à Fukushima nécessite la mobilisation de la sagesse humaine à l’échelle la plus large possible. L’impérieuse nécessité de mettre en place une éthique d’évaluation neutre ainsi qu’une équipe de coopération technique internationale est évidente.

Les barres de combustible dans la piscine de refroidissement de l’unité 4 doivent être déplacées vers un autre endroit dès que possible. Il s’agit d’une question de sécurité mondiale qui exige des efforts maximaux qui, malheureusement ne sont pas faits.

De plus en plus de japonais ouvrent les yeux sur les dangers réels de l’accident nucléaire et des réacteurs nucléaires.

Le japon se dirige donc régulièrement vers une dépendance zéro à l’énergie nucléaire.

« La volonté du ciel et de la terre » est ma traduction de providence et de philosophie, protégeant l’humanité et la terre. Elle aidera à réaliser une vraie dénucléarisation, civile et militaire en temps voulu.

La rage de ceux qui ont tout perdu continuera d’animer les mouvements anti-nucléaires au japon et éventuellement à l’étranger.

Le japon doit désormais contribuer à la réalisation d’une vraie dénucléarisation.

Alors les victimes d’Hiroshima, Nagasaki et Fukushima n’auront pas souffert en vain.

Merci.


 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Raymond Chermat - dans philosophie politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Raymond Chermat
  • Le blog de Raymond Chermat
  • : Des pensées venues en écoutant les autres au fil des jours.
  • Contact

Recherche

Liens