Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 11:41

Il y  a tant de choses à dire au sujet du nucléaire dont les formules physiquo-chimiques n’auraient jamais du quitter les cahiers de laboratoire sauf éventuellement pour les besoins médicaux où, à doses filées et contrôlées elles donnent de grands services.


 

Parlons des énormes dangers pour le futur de l’humanité.

 

Des scientifiques en laboratoires, avaient vu très tôt que des éléments physico-chimiques comportaient d’énormes possibilités potentiellement dangereuses et  destructrices.

Qui mieux que notre planète connaît et maitrise la minéralogie ? Fût la question. À ce moment précis aurait du naître la prudence des scientifiques de recherches appliquées.

 

Des scientifiques de la recherche fondamentale avaient trouvé la pechblende,  roche contenant l’uranium elle se trouve dans le sol de notre planète. Constatons que la nature maitrise parfaitement tous ses composants, réalisons quand extrayant l’uranium de son milieu naturel et en le modifiant nous ne saurions maitriser les possibilités destructrices et surtout pas les incommensurables conséquences.

Nos scientifiques ont-ils fait des expériences en laboratoires afin de vérifier de telles hypothèses ? Ont-ils été effrayés ?  Ont-ils abandonnés toutes extensions possibles en ces domaines ? Non !

Cette pechblende, cet uranium vont être la mère et le père des bombes A et H destructrices des villes japonaises Hiroshima et Nagasaki faisant des milliers de morts, de brulés, des milliers de gens atteints d’horribles maladies. Beaucoup de gens furent effrayés. Les scientifiques découvrent que les radioéléments artificiels se comportent comme les éléments naturels en laboratoires. Sauf que, en augmentant en laboratoires leur potentialité, ils augmentaient d’incommensurables dangers pour l’humanité.

 

Frédéric Joliot Curie prévenait : « Des chercheurs brisant et construisant des atomes à volonté sauront réaliser des réactions nucléaires en chaines, explosives ».

Quelques temps avant sa mot Frédéric Joliot Curie disait ceci : Une guerre atomique pourrait signifier la fin de toute vie sur terre.

Frédéric Joliot curie et  Irène sont effrayés quand ils apprennent que les recherches atomiques se multiplient aux USA, que des milliers de travailleurs s’activent à fabriquer des bombes atomiques et des centaines de mégawats issus de centrales nucléaires dites « énergies nouvelles ». Les belles formules inscrites dans les cahiers de laboratoires de Marie Curie de Frédéric et Hélène se sont évadées. Leurs confiances en leur utilisation pacifique furent trahies. Frédéric écrivit aux scientifiques : « C’est uniquement pour des applications bienfaisantes que nous travaillons dans nos laboratoires. J’ai l’espoir que les savants des divers pays pourront bientôt unir leurs efforts dans cette voie »

C’était sans compter avec les envies de se faire peur entre hommes politiques, entre nation. C’était la guerre froide bienvenue dans les milieux industriels. Pour la cupidité, la mégalomanie faisait œuvre d’horreur à travers le monde, c’est à qui serait le plus fort pour anéantir l’autre: Quelle aubaine !

Ils ne pouvaient penser que, pour eux et l’autre la vie normale ne serait plus possible.

Albert Einstein et d’autres disaient que l’armement nucléaire est source de périls. Il lance un appel à la paix en disant : « La destruction de toute vie sur terre devient du domaine des possibilités techniques ».

Des partisans de la paix, en conférence à Stockholm, réclament l’interdiction des armes nucléaires. Cette réclamation prend le nom de : L’appel de Stockholm

.

Marie Curie première femme scientifique en France posait une question : « La valeur de la science est-elle comprise par la société ? Elle ajoutait : « Société où règne de nos jours l’envie de luxe et de richesses qui ne sont pas toujours précurseurs de bien être dans la vie ». 

Pauvres terriens que nous sommes, maintenus dans un noir embarras provoqué par une découverte non maîtrisée, sortirons-nous de ce triste avenir ?

Scientifiques de bonne éthique où êtes-vous ?  Vous est-il possible de nous sortir de ce bourbier ?

Certains collègues dits de sciences appliquées, du Nord au Sud et d’Est en Ouest de notre planète ont, dans le domaine nucléaire, provoqué beaucoup de mal scientifiquement. Il leurs faut, dès maintenant, tout faire pour détruire les armes et les centrales nucléaires, neutraliser leurs déchets autant que faire ce peut, voire totalement.

Il  faut, dès maintenant, que les scientifiques de la recherche fondamentale, cherchent, trouvent et mettent en œuvre de nouvelles ressources énergétiques.

Nos enfants et petits enfants leurs en seront gré.

 

Il leurs faut, dès maintenant, budgétiser la résultante des réflexions des pseudo industriello-scientifiques et/ou « j’menfoutistes » encore vivants. Beaucoup sont vieillissants ou sont morts.

Si ces chercheurs sont aujourd’hui en réflexion saine, si la réversibilité de tout ce merdier leur est possible nous n’aurons plus de chômeur car, bonjour le travail en perspective !

Imaginons !

---Les indispensables recherches fondamentales et, appliquées à l’industrialisation d’autres énergies, elles sont à mettre en œuvre.

---Les indispensables recherches fondamentales et, appliquées aux moyens d’effectuer la destruction totale de toutes traces de nucléaires dangereux existantes, elles sont à mettre en œuvre.

---Les indispensables recherches fondamentales et, appliquées aux moyens d‘éradiquer les maladies que cette monstrueuse énergie nucléaire aura inculquées, elles sont à mettre en œuvre.

C’est un énorme travail en perspective pour plusieurs générations !

On a trouvé de l’argent pour faire cette énorme connerie humaine !

Est-on incapable d’en trouver pour réparer ?

Ces énergie n’auraient jamais du voir le jour, des scientifiques de recherches fondamentales avaient prévenu des dangers à venir Albert Einstein était des leurs et n’en pensait pas moins.

Je dis ici, la lâcheté nous aveugle encore aujourd’hui et, impunément les lois de la nature sont transgressées afin de persister dans l’extraction de plutonium que l’on enrichit.

Le rapport, potentiel/danger, a sûrement été fait mais, passé sous silence. L’absence d’éthique et de responsabilité est criante !

 

En effet, nous extrayons et enrichissons un minerai qui vivait sa vie tranquille sous terre sans faire de mal à personne.

 

Nous savons que Teodore Brewster Taylor,  concepteur d’armes nucléaires aux USA, travailla à la conception de bombes nucléaires à fission à Los Alamos -1942-1946-.

 

En 1966, déjà il lutta contre la prolifération nucléaire.

 

En 1979 il enquêta sur l’accident de la centrale de Three Mile Island. Il écrivit l’article ci-dessous : titre traduit en français :

 

Ènergie nucléaire et armes nucléaires.

 

« Puisque chacun des plus de 400 réacteurs nucléaires qui fonctionnent actuellement dans 32 pays produit de grande quantité de plutonium qui, une fois chimiquement séparées du combustible usé, peuvent être utilisées pour fabriquer des armes nucléaire de tout type, fiables et efficaces, j’en suis également arrivé à estimer nécessaire – outre le désarmement nucléaire – d’en appeler à un arrêt total et mondial de l’énergie nucléaire.

Pour accomplir cela tout en faisant preuve de responsabilité à l’égard du dérèglement environnemental provoqué par la poursuite de l’utilisation à grande échelle des énergies fossiles, j’estime également nécessaire d’en appeler à une démarche forte et mondiale pour saisir les opportunités d’économiser l’énergie et de produire celle dont nous avons besoin avec des sources renouvelables, directement ou indirectement dérivées du rayonnement solaire.

 

(…)

 

La préoccupation croissante à l’égard des instabilités climatiques provoquées par l’émission continue de gaz à  effet de serre, en particulier le dioxyde de carbone produit en brulant des combustibles fossiles, à conduit de nombreux avocats de l’énergie nucléaire à proposer de remplacer à grande échelle les combustibles fossiles par l’électricité d’origine nucléaire. De telles propositions imposeraient de construire des milliers de nouvelles centrales nucléaires pour réussir à réduire substantiellement, au niveau mondial, l’utilisation des combustibles fossiles. Cela aggraverait énormément les dangers d’une utilisation destructrice de l ‘énergie nucléaire.

 

 

En bref, l’usage constructif et l’usage destructif de la technologie nucléaire sont si étroitement imbriqués que les bénéfices de l’un sont inaccessibles, à moins d’accroître considérablement les risques de l’autre ».

 

Cet article a été publié en 1996 sous le titre en anglais : Nuclear power and nuclear weapons.

À l’aide de mon modeste savoir en la matière, j’adhère !

 

J’ai beaucoup parlé des nombreux dangers du nucléaire. y compris de l’explosion de la centrale de Fukushima à propos de laquelle des silences sont remarqués.

Ces silences sont parfois percés par des scientifiques éminents. Le Pr japonais Mitsuehi MURATA de l’université Tukaigakuen a voulu mettre certains points en lumière.

 

J’ai lu récemment que le 20-09-2012 Mitsuehi MURATA a fait un plaidoyer pour une interdiction totale du nucléaire. J’ai approuvé !

 

Il sait de quoi il parle !

Il dit ceci :

« En 1956 la guerre froide était à son apogée, la guerre nucléaire menaçait, l’humanité et mon essai déclaraient que le monde était « au bord de la destruction totale »

Aujourd’hui les conséquences de Fukushima menacent le monde. L’unité contient 10 fois plus de césium 137 que Tchernobyl.

Un plus fort tremblement de terre pourrait signifier son effondrement. Les japonais réalisent par l’expérience que l’énergie nucléaire génère des calamités inacceptables.

L’effondrement de l’unité 4 pourrait en être une.

Le Japon doit assumer le rôle théorique de promouvoir la dénucléarisation à la fois civile et militaire.

Ignorant la situation de Fukushima, la promotion des réacteurs nucléaires continue, chez nous et à l’étranger.

Fukushima ne doit pas être oublié au nom des victimes, et des 170 000 réfugiés, j’appelle à une interdiction totale du nucléaire.

Le monde doit se rendre compte que toute contamination radioactive crée un tort immense et permanent pour l’humanité et la terre.

Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima ne sont pas moins terribles que les bombes atomiques. Les réactions nucléaires sont potentiellement de « superbombes ». Pas une seule arme ne peut rivaliser avec des dommages potentiels qui peuvent être causés par l’unité 4 de Fukushima ou les grands centres de retraitement.

L’accident de Fukushima aurait pu être plus catastrophique pour le Japon et le Monde, le danger toujours présent d’un effondrement de l’unité 4, après un séisme d’intensité 7 doit être diffusé dans le monde entier.

 

Un jugement sain n’aurait pas permis la construction de 54 réacteurs nucléaires dans un Japon fréquemment menacé par des tremblements de terre et des tsunamis.

Seul le manque d’éthique et de responsabilité a rendu cela possible.

L’argent et la corruption de la gestion des centrales ont semé les graines de la catastrophe. Ce n’est pas limité au Japon.

La même technologie qui produit cette énergie nucléaire produit aussi les armes nucléaires.

La prolifération des centrales nucléaires conduit à la prolifération des armes nucléaires, comme nous le voyons aujourd’hui  en Corée du Nord et en Iran.

Il n’existe aucun moyen d’assurer la sécurité des générations futures, sauf à éliminer l’utilisation de la technologie de fission nucléaire à travers la planète.

Le manque d’éthique et de responsabilité est mis en évidence par l’absence d’une solution pour les déchets nucléaires qui menacent les générations futures.

Le « village nucléaire » Japonais, ou la dictature nucléaire, envisage le redémarrage et l’exploitation de réacteurs nucléaires retrouvant ainsi un caractère offensif pour l’industrie nucléaire japonaise.

C’est immoral !

Cela ne montre aucun sens de la responsabilité internationale ou intergénérationnelle.

Hélas, je crains que ce ne soit la dernière.

La Japon doit avertir le monde des conséquences de ne pas se diriger vers la dénucléarisation.

Il y a huit ans, j’ai prédit que les compagnies électriques japonaises décideraient du sort du Japon. Il y a deux ans, lors du congrès mondial de l’Association Internationale des Médecins pour la prévention de la guerre nucléaire –IPPNW- à Bâle, j’ai plaidé pour la mobilisation de la sagesse humaine pour éviter la catastrophe ultime qu’une calamité nucléaire pourrait produire.

Malheureusement ces muses en garde n’ont pas détourné mes craintes.

Compte tenu des conséquences d’un accident nucléaire dans le monde entier, les pays qui ne possèdent pas de réacteurs nucléaires devraient exhorter à la dénucléarisation, qu’elles soient civiles ou militaires. Les pays qui ont déjà opté pour l’énergie nucléaire devraient faire de même également.

À l’origine, le Japon avait une culture maternelle caractérisée par l’harmonie et la solidarité. Après la restauration MEIJI – Empereur - a été introduite au Japon, une culture paternelle, caractérisée par la compétition et la confrontation sous forme militaire. L’histoire montre que les cultures paternelles finissent par des catastrophes.

Fukushima est le résultat de la suprématie de l’économie, une autre forme de culture paternelle introduite après la seconde guerre mondiale.

La culture maternelle de l’harmonie est le remède à la culture paternelle du pouvoir.

Les accidents nucléaires entrainent des conséquences illimitées, inacceptables pour la société humaine.

Fukushima est un rappel que la possibilité d’une telle catastrophe devrait être complètement nulle.

Le grand principe d’un monde sans armes nucléaires et sans réacteur ne doit pas être oublié.

La transition vers une civilisation maternelle est une condition préalable à cette vision.

L’humanité est aujourd’hui confrontée à une crise de civilisation. La vraie cause est le manque d’éthique. Une éthique fondamentale interdirait l’abus et l’épuisement des ressources naturelles, en laissant des déchets durablement toxiques et une énorme dette dans son sillage.

Une éthique mondiale nécessite une culture maternelle respectant l’environnement et les intérêts des générations futures. Trois transitions sont nécessaires :

Transformer l’égoïsme en solidarité, la cupidité en contentement et le matérialisme en spiritualisme.

Les énergies naturelles et renouvelables pourraient largement couvrir les besoins d’une telle civilisation, avec une période de transition complétée par des combustibles fossiles.

Nous devons nous préparer à faire des sacrifices à cours termes dans nos modes de vie pour la sécurité à long terme de l’humanité et la terre sans énergie nucléaire.

La proposition de tenir un Sommet Èthique aux Nations Unies attire désormais plus l’attention mondiale. La trinité d’éthique mondiale, civilisation maternelle et dénucléarisation doit devenir une réalité. 

Le Président OBAMA, de « monde sans armes nucléaires » doit devenir le monde « sans réacteurs nucléaires ».

Le Sommet d’Èthique des Nations Unies est la première étape concrète. Je souhaite ardemment que le Président OBAMA prenne l’initiative de réaliser ce sommet et de créer une journée internationale de l’Èthique Planétaire pour servir de rappel annuel. Initialement la controverse sur le contenu doit être soigneusement évitée.

En conclusion permettez moi de dire ceci :

La situation critique à Fukushima nécessite la mobilisation de la sagesse humaine à l’échelle la plus large possible. L’impérieuse nécessité de mettre en place une éthique d’évaluation neutre ainsi qu’une équipe de coopération technique internationale est évidente.

Les barres de combustible dans la piscine de refroidissement de l’unité 4 doivent être déplacées vers un autre endroit dès que possible. Il s’agit d’une question de sécurité mondiale qui exige des efforts maximaux qui, malheureusement ne sont pas faits.

De plus en plus de japonais ouvrent les yeux sur les dangers réels de l’accident nucléaire et des réacteurs nucléaires.

Le japon se dirige donc régulièrement vers une dépendance zéro à l’énergie nucléaire.

« La volonté du ciel et de la terre » est ma traduction de providence et de philosophie, protégeant l’humanité et la terre. Elle aidera à réaliser une vraie dénucléarisation, civile et militaire en temps voulu.

La rage de ceux qui ont tout perdu continuera d’animer les mouvements anti-nucléaires au japon et éventuellement à l’étranger.

Le japon doit désormais contribuer à la réalisation d’une vraie dénucléarisation.

Alors les victimes d’Hiroshima, Nagasaki et Fukushima n’auront pas souffert en vain.

Merci ».

 

J’adhère ! dorénavant, mettons nos cahiers de laboratoires sous clef, afin d’éviter que des formules physico-chimiques ne prennent la fuites dans des mains peu scrupuleuses de l’avenir de l’humanité.

La cupidité est une maladie grave, l’argent est la principale drogue de certains « humains »

 

Emblavons le bon grain

 

                                       Raymond chermat

 

 

raymond.chermat.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Raymond Chermat - dans philosophie politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Raymond Chermat
  • Le blog de Raymond Chermat
  • : Des pensées venues en écoutant les autres au fil des jours.
  • Contact

Recherche

Liens