Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 09:52

 

Regardons, écoutons le monde !

Sommes-nous "civilisés" ? C'est quoi la politique ?

Comment, l’être dit : « humain », supporte-t-il encore l’insupportable ?

Posons-nous la question ! Peux-on, vraiment, conjuguer le participe passé civilisé avec le mot humanité ?

À propos du verbe civiliser, Victor Hugo disait : « Rendre plus raffiné, plus aimable ». L’est-on de plus en plus ou de moins en moins ?

 

Victor ! Reviens !

 

Réfléchissons ! Sommes-nous sur la bonne voie ?

Pour aller vers une vie intellectuelle, artistique, morale et matérielle, l’être humain a beaucoup trop souvent mal artificialisé.

Sur les bords de ce trop long chemin qui tente d’évoluer vers un éventuel Être que l’on ne peut encore qualifié de civilisé, de multiples questions se posent. Prenons un ou deux événements plus ou moins récents qui se promènent dans des écrits. La théologie nous apprend qu’il y a 2014 ans que des individus ont planté un clou dans la main droite, un clou dans la main gauche et un clou dans les pieds joints d’un nommé Jésus. Anatomiquement parlant, comment a-t-il tenu ainsi ? Invraisemblable torture ? Le Pape Léon x aurait dit : « On sait de temps immémorial combien cette fable de Jésus Christ nous a été profitable »

Avant que n’avions nous fait ? « Adam tua Abel »

Dieu où t’es ? Papaoutai outai outai ? * Dans la chanson de Stromae

Depuis nous avons tué artificiellement. Nous avons modifié artificiellement la nature.

Progressait-on vers un monde civilisé ?

Des viols ont été commis, en conséquences des arbres généalogiques sont peut-être inexacts, il existe donc de fausses filiations ! Des tueries ont été effectuées, comble : nous fabriquons de quoi nous détruire et la tyrannie entre en action. Elle finit par torturer, sacrifier, saigner pour offrandes, massacrer, bruler, gazer, éventrer et génocider, égorgé, pour appropriation.

Nous oublions que c’est la nature qui nous a engendré, nous sommes intrinsèquement son produit, nous résultons d’un processus naturel. En effet, le premier échange d’amour aurait eu son intensité entre une protéine et un acide nucléique ! « Biologiquement, ce sont nos aïeux les plus lointains ! »

Nous sommes issus de ces deux molécules et nous sommes devenus les principaux prédateurs de nous-mêmes et de la planète dont nous ne sommes pas propriétaires.

Le cerveau vous dis-je ! Que s’y passe-t-il ? Et, comment ?

 

 

Sommes-nous guidés par un complexe de supériorité ? Mais oui ! Nous tuons pour appropriation, pour imposer des théories religieuses, des idéologies politiques et autres inhumanités !

La mémoire est imprimée de force. La liberté de penser est bafouée

La nature a établi un ordre, détruire cet ordre pour vivre nous détruit. Trois principaux virus, l’égoïsme, la cupidité et la jalousie nous barrent la route vers une éventuelle civilisation digne d’être nommée ainsi.

 

Contre ces virus, l’éventuel traitement semble ankylosé au fin fond de nos synapses.

En attendant : L’idéal serait un objectif collectif : LA VIE. Il nous faut un destin !

Cet objectif collectif doit prendre naissance à l’école. Quand on y apprend l’histoire où, les tyrannies et les massacres sont mis en images sans explication des véritables causes, on ne peut que réveiller des haines éventuellement sous jacentes.

Si la barbarie est l’absence de civilisation alors, tous les jours à travers le monde constatons que nous sommes tous des barbares, nous sommes collectivement responsables d’un laisser-faire.

Parfois, une obéissance collective à un seul Être « providentiel ? » nous mène à de telles catastrophes. La violence entre « humains » dépasse souvent celle constatée par nous chez l’animal.

 

Sommes-nous vraiment civilisés ?

 

Jusqu’à présent l’histoire humaine est saturée et se sature encore de massacres imbéciles. L’autorité de l’autre sur soi est trop souvent issue d’irréflexion. Notre action de penser est bloquée, notre droit à la désobéissance nous échappe et nous exécutons une imbécillité.

L’autorité de soi sur soi pour la vie de soi et, de l’autre sans lequel nous ne pouvons vivre, passe par le partage et l’analyse des bonnes idées qui parfois naissent au sein d’une réunion philosophico-politique, dans un amphithéâtre ou toutes autres assemblées où, la démocratie ne serait pas mise en danger.

 

Les habituelles différences générationnelles seraient rendues moins conflictuelles et ainsi ouvriraient un chemin plus éclairé vers un monde plus qualifiable de civilisé. Il y aurait là une façon de réduire, voire d'éliminer les contraintes dues à une humanisation qui n’est que pseudo.

En effet, est-on obligés à la conflictualité ? Conflit contre qui ? Conflit contre quoi ? Conflit pourquoi ?

Il est indispensable d’anéantir la pauvreté intellectuelle. Est-ce possible ?

Quand on s’est aperçu que le singe transformait un caillou en outil pour casser la noix, notre pensée aurait dû s’imprégner d’une intelligence moins belliqueuse,

Constatons le monde : Le mot humain a-t-il un sens ?

Des coutumes grossières existent encore, même si l’on se prétend raffinés. –Victor Hugo-.

 

Il existe parmi nous des êtres qui se prétendent civilisés. Regardent-ils vers l’avenir ? Ils existent parmi nous des êtres barbares parfois dotés de pouvoir. Regardent-ils vers le passé ?

 

Où est la volonté réfléchie ?

 

Le civilisé et le barbare s’étonnent-ils mutuellement ?

Des barbares au pouvoir font naître désunion et mésintellignce chez des gens unis.

La zizanie peut prendre racine dans une société, et se transformer en un racisme qui stimule nos trois virus logés dans nos synapses : « jalousie, égoïsme, cupidité ». L’argent aura, très souvent, voire toujours, été leur bouillon de culture.

Par nos nombreux comportements imbéciles nous avons placés de multiples obstacles sur la route qui aurait pu nous mener plus rapidement et, sans dommages collatéraux, vers un épanouissement universel.

Actuellement sur cette route, nos comportements malfaisants dressent de plus en plus d’obstacles en les potentialisant.

Humanisme ? Où est l’être « humain » et qu’elles sont ses valeurs ?

Où sont ses valeurs quand il tue à l’aide des trois virus qui le rongent ?

 

La culture intellectuelle est préférable à la recherche d’une richesse par la cupidité. La cupidité estompe les pensées créatrices ainsi que les pensées sentimentales.

L’intellect devrait nous guider vers un observatoire à l’aide duquel nous prendrions conscience, enfin, des bienfaits que nous offre si généreusement la nature.

Une méthode est nécessaire, c’est par elle que l’on peut apprendre à apprendre, les portes des sciences, des arts, et des lettres sont plus faciles à ouvrir. Ceci est une absolue nécessité, dès l’école primaire et, en ces domaines indispensables à notre existence, être étudiant toute la vie est idéal.

 Aloïs Alzheimer eut été content ! Lui qui se posait la question de savoir qu’elle était le « virus » responsable de la dégénérescence des cellules cérébrales.

Stimuler de manière saine la mémoire, la pensée, l’imagination et laisser s’exercer le pourvoir d’adaptation peut avoir des effets bénéfiques.

Emblavons le bon grain !                                Raymond Chermat

 
 
 
Repost 0
Published by Raymond Chermat
commenter cet article
31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 08:34

C'est simple !

Faisons de la politique comme si nous allions mourir demain ! - J.J Rousseau-

Mourir demain ? Main oui ! Nous sommes devenu prédateurs de nous-mêmes !

Nous réfléchissons beaucoup pour faire le mal, très peu pour faire le bien !

Emblavons le bon grain !

Raymond Chermat

Repost 0
Published by Raymond Chermat
commenter cet article
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 10:19

Nous sommes infestés de trois virus dangereux pour la démocratie: La cupidité, l'égoïsme et la jalousie ! S'ajoute à cela la drogue la plus dangereuse au monde: l'argent !

Tout cela réuni entraine une pauvreté intellectuelle chez tout le monde !Chez nous le peuple, chez les politiques et chez les journalistes. Pour que l'avenir soit vivable, dès l'école réunissons science et philosophie. Apprenons qui nous sommes, comment l'on fonctionne de la tête au pied, je pense que l'on deviendrait moins prétentieux. Nous sommes issus d'un amour entre une protéine et un acide nucléique : c'est tout !!!! Et regardons ce que nous sommes devenus ! Des prédateurs de nous-même ! Ne pouvait-on faire mieux ? Nous n'avons même plus de respect pour ce premier amour !

Emblavons le bon grain ! Raymond Chermat

Repost 0
Published by Raymond Chermat
commenter cet article
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 10:46

La cupidité, l'égoïsme, la jalousie sont les trois principaux virus qui nous rongent.

Comment pouvons-nous prétendre être civilisés ?

L'argent est le maître absolu de ceux qui en ont et de ceux qui n'en ont pas.

La philosophie peut-elle être le vaccin contre ces trois virus ?

Emblavons le bon grain Raymond Chermat

Repost 0
Published by Raymond Chermat
commenter cet article
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 17:09

Pour tenter de modifier le langage nécessaire en politique veuillez essayer- tous- de prendre conscience, avant de discourir, que -tous- nous sommes soumis à la puissance indestructible de l'argent. La finance est maîtresse du monde !

Toute parole émise, en politique, en dehors de cette prise de conscience est vouée à l'incompréhension, à l'échec versus l'objectif visé et, à l'oubli.

Ce serait peut-être une façon d'effacer la pauvreté intellectuelle qui semble prendre racine.

En attendant : Emblavons le bon grain !

 

Raymond Chermat

 


Repost 0
Published by Raymond Chermat - dans philosophie politique
commenter cet article
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 11:57

 

C'est Socrate qui aurait dit : Connais-toi toi-même

Il y a du travail pour les futurologues ! Et, pour l'homme qui parle de la femme.

Le cerveau de la femme et le cerveau de l'homme, disons le cerveau de l'être humain, examiné à l'oeil nu ou au microscope : ils sont identiques !

Au microscope électronique, les neurones, les synapses, et les astrocytes paraissent identiques !

Les circuits électriques : dendrites, axones, corps cellulaires, sont identiques !

Dans les cerveaux structurellement identiques des femmes et des hommes il y a donc plusieurs fonctions identiques !

Une fonction chimique : fabrication de molécules.

Une fonction biologique : échanges de molécules.

Une fonction physique : production d'électricité.

À l'aide de ces fonctions naît la pensée et se fixe la mémoire.

Pensées, mémoires, fonctions et dysfonctions, parfois, sont des mécanismes cérébraux identiques chez la femme et chez l'homme.

Après ce petit exposé vulgarisé sur une « usine » « biochimicophysicoélectrique » posons-nous quelques questions un peu plus scientifiques :

Où se situent toutes ces fonctions dans cette usine BCPE ?

Dans le noyau Accumbens ?

Dans l'aire tegmentale ventrale ?

Dans le cortex ?

Dans le cortex préfrontale ?

Dans l'agmydale ?

Dans l'hypotalamus ? Et j'en passe !

Partout à la fois ?

Conclusion, de ce petit exposé rapide et vulgarisé, il ressort que l'homme qui prétend que la femme est acéphale a du pain sur sa planche pour le prouver !

Emblavons le bon grain !

                                                          Raymond Chermat

 


Repost 0
Published by Raymond Chermat - dans philosophie politique
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 17:09

Notre cerveau nous permet de penser, de lire, de compter, d'écrire.

Comprendrons-nous un jour comment il fonctionne ? Ceci est absolument nécessaire afin de ne pas être, un jour, à l'origine d'une destruction de ce magnifique système qui nous fait tourner en rond parfois pour le bien . Pensons y fortement, ne nous coupons pas de la nature, laissons-la nous guérir parfois, nous guider toujours, copions-la, constatons qu'elle sait faire, nos cerveaux nous le permettent.

Il ne faut pas, que par l'idée de modernité, nous nous rendions maîtres du système qui, - qui tourne encore rondement – par exemple en distribuant sur, dans la nature et en nous-mêmes, des molécules inutiles crées par nous et/ou des molécules radioactives, notamment celles que nous avons enrichies et concentrées afin de les prédestiner à la destruction du végétal, animal, et être humain.

Vue de très haut elle est belle, elle est bleue, sur elle tout existe pour que l'eudémonisme soit possible. L'édonisme suivra ! Avec modération ?

 

Trouvons de quoi conserver notre santé et celle de la planète qui nous est indispensable, elle nous a permi d'être.

Par la pensée qu'il nous inculque aidons notre cerveau a trouver une harmonisation indispensable elle aussi, à l'avenir de notre futur.

Pensons et constatons ensemble. Il faut que l'être humain devienne social, humaniste pour réaliser qu'il est individu issu de la nature et pas géniteur de la nature.

 

Mégalomanie, prétention, égoisme, cupidité, bellicosité, ces mots désignent-ils des comportements pathologiques ?

 

Nature ! Ta sublime beauté peut-elle nous guerir ?

 

Est-ce trop tard ?

 

Emblavons le bon grain                             Raymond Chermat

Repost 0
Published by Raymond Chermat - dans philosophie politique
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 16:17

Raymond Chermat

Biographie

" À qui n'interroge pas tout, rien ne se révèle"

Victor Hugo

L'absence de révélation ne risque pas de toucher Raymond Chermat, ce pourfendeur de la connerie humaine, des guerres, de l'injustice, du pouvoir exorbitant de l'argent, des discours politiques creux, de l'hypocrisie de l'Eglise et de bien d'autres choses...

Un humaniste - penseur libre - qui s'est forgé tout seul, à force de volonté et d'interrogations, plutôt optimiste malgré tout, un peu utopiste mais on voudrait tant qu'il ait raison !

Beaucoup de ses exemples proviennent de son enfance et de sa jeunesse et il ne laisse pas deviner qu'il est devenu un de ces chercheurs qu'il admire tant et en qui il a si confiance pour l'avenir. Mais s'il avait à refaire sa vie, je me demande s'il n'opterait pas pour la futurologie ! 

Professeur Pierre Simon
  • ISBN : 9782332591357
  • Prix livre papier : 16,00 €
  • Prix livre numérique : 9,60 €
  • Collection : Classique
  • Thème : Non
  • Nombre de page : 178
Ne soyons pas coupable de ne pas penser au futur ! Nous avons l'impérieux devoir de laisser en héritage une terre vivable. Comment faire ? Les recherches fondamentales et les recherches appliquées,sagement, sont impératives ! L'espèce humaine est prédatrice ! La nature et l'humanité sont en danger ! Est-ce irréversible ?
Il est impératif et urgent pour nous et le futur de notre planète, de mener une action réfléchie, intelligente et énergique, contre le nucléaire et ses multiples et insidieuses maladies qui s'ajoutent, aux maladies induites par les multiples et insidieuses pollutions diverses.
Un autrement s'impose. Soyons Européens exemplaires dans le monde !
il faut créer un destin ! Il y a du travail pour les futurologues !
Emblavons le bon grain.
  • ISBN : 9782332525765
  • Prix livre papier : 14,00 €
  • Prix livre numérique : 8,40 €
  • Collection : Classique
  • Thème : Essai / Etude autres
  • Nombre de page : 76
Fondé sur des recherches scientifiques, sur une lecture approfondie des précurseurs ayant réfléchi sur l’évolution des animaux, mais surtout sur une fine observation d’un chat venu fortuitement chez Raymond Chermat, ce petit livre contient les conclusions auxquelles il est parvenu quant à l’intelligence de ce chat et, au travers de ses comportements, son « langage » supposé. La question de savoir si ce chat, visiteur inattendu, – ou tout autre animal – est capable de « penser » est également posée. Les résultats de sa « thèse », appuyés par la lecture d’auteurs faisant autorité dans le domaine de la biologie et du comportement animal, risquent de vous surprendre voire d’éclairer sous un nouveau jour un débat qui secoue le monde scientifique depuis Charles Darwin (1809-1882).
D’éventuels lecteurs trouveront-ils ses arguments faibles et/ou peu appropriés ?
Ce qui est certain c’est que les comportements de ce chat ayant passé quelque temps chez Raymond Chermat, pour uniquement boire et manger sans jamais accepter de câlin, vont vous faire vous poser des questions et, plus que probablement être à l’origine de vives discutions entre lecteurs. En effet, tout au long de ces écrits ils trouveront de troublantes observations.
Maniant avec doigté réflexion personnelle et citations de spécialistes, humour et professionnalisme, l’auteur nous livre un essai non conventionnel, tout comme son témoin principal et acteur.
  • ISBN : 9782332503619
  • Prix livre papier : 28,00 €
  • Prix livre numérique : 16,80 €
  • Collection : Classique
  • Thème : Philosophie / Sociologie
  • Nombre de page : 240
« Sans la nature nous ne pouvons vivre, nous servir de la nature pour vivre implique faire vivre la nature.
Sans l’arbre nous ne pouvons vivre, nous servir de l’arbre pour vivre implique faire vivre l’arbre. »
Repost 0
Published by Raymond Chermat
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 11:06

Préservons la nature !

Plutôt que de la détruire, s'inspirer de la nature pour vivre serait sûrement salutaire.

Prenons exemple sur un arbre, le GINGKO BILOBA.

Il a resisté à l'explosion atomique le 6 août 1945 à Hiroshima, on peut donc dire qu'il est l'arbre qui a vaincu le temps. Les dinosaures ont vécu il y a environ 200 millions d'années, le Gingko biloba aussi ! Il vit encore !

En plantant cet arbre le chinois dit :

« On travaille pour les petits enfants, c'est l'arbre du grand père et du petits fils »

Ce grand papa chinois s'est singularisé et a ainsi participé aux chroniques à propos de ce bel arbre.


Mais, pourquoi cet arbre ?

Parce qu'il se distingue des autres arbres, les recherches sur ses oorigines depuis de nombreuses années ont contribué à faire de lui une star de la nature qui tient le haut du podium dans de nombreux articles scientifiques.


Pour expliquer l'intérêt que beaucoup de scientifiques et de profanes manifestent depuis longtemps et encore aujourd'hui pour cet arbre magnifique, il suffit de se poser la question de savoir comment il a pu , avec une totale sérénité traverser les ères géologiques durant des dizaines de millions d'années sans que ses structures et son aspect ne soient modifiés.


Rapidement quelques rappels pour mémoire.


Le GingkoBiloba défit le temps, plus de 200 millions d'années nous séparent de ses origines connues. Dès le carbonifère ? Soit environ 250 à 280 millions d'années !

Des croyances restent vivaces, le Gingko Biloba passa pour protéger des incendies. Le temple de TOKIO est entouré de gingkos, cette construction échappa aux flammes lors du tremblement de terrede 1923.

Ici, il faut reppeler que chez nous, le châtaigner paraît bien jouer un rôle de pare-feu eficace.

À chacun ses croynces !

Ce qui est vrai, c'est que le 6 Août 1945 ce fut la bombe sur hiroshima : Le souffle fuut terrible, toute la ville fut détruite . Aujourd'hui, à l'épicentre de ce qu'il est trop peu d'appeler catastrophe se trouve concervé à titre de témoignage un bâtiment public, une sorte d'observatoire en ruine.Tout près de là il est évident que toute flore fut anéantie, sur le sol calciné rien ne repoussa. Avant ce désastre un imposant magestueux Gingko Biloba vivait sa future longue vie et, le 6 août il ne resta pas, comme sa légende la voulait, il flamba aussi ! Rien ne résiste à cette nouvelle invention de l'être humain.

Rien ?

Au printemps suivant -1946- à l'incrédulité des observateurs, une repousse jaillissait de la couche calcinée. Le Gingko Biloba renaissait de ses cendres.

Le dinosaure a disparu pas le Gingko ! Il a résisté aux pires épreuves depuis environ 250 millions d'années, Un arbre qui raconte son histoire sous l'angle de la réssistance aux pires catastrophes mérite sa place dans nos forêts.

À New York, le gingko Biloba est l'espèce la plus plantée, lorsqu'un arbre meurt le long d'une rue il est systématiquement remplacé par un gingko Biloba.

Chez nous il se laisse admirer au jardin des plantes, au jadin du Luxembourg, au bois de Boulogne il se mire dans le lac. En Bretagne dans la vallée de la Rance du coté des Richardais.

Emblavons le bon grain !                            

                                                                            Raymond Chermat



Repost 0
Published by Raymond Chermat - dans philosophie politique
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 10:13

L'exhaustivité de la nature est impossible, c'est une merveille absolue, elle accepte d'être habitée,observée, étudiée par nous, mais, elle nous crie : " Ne touchez pas à mon écosystème ! ".

La nature répétons-le est une merveille, touchez inconsidérément à son écosystème c'est s'autodétruire -suicide collectif !-.

Ce constat il faut le faire collectivement à l'aide de la science et la philosophie.

Les religions n'y peuvent rien, elles nous apportent  tous les jours des preuves, que les combats verbaux, voire les guerres entre elles, sont irrespectueux de la planète sur laquelle elles  évolent.

De profondes réflexions doivent se faire dès l'école, la VIE en dépend.

La nature a des bases simples, utilisons-les pour nos lignes de conduite. La nature semble trouver en elle les possibilités nécessaires à sa survie.

Est-on obligés de détruire cette autonomie pour créer la notre ?

Notre façon de "vivre mieux" implique-t-elle de donner le pouvoir, souvent, à de dangereux criminels en puissance ? - Ils vont parfois à la messe du dimanche ! -

La vie doit être l'objectif principal, la paix l'exige!.

Les guerres doivent être mises hors la loi. l'oubli fait que, in fine, les morts qu'elles donnent artificiellement ne servent à rien. L'égoïsme triomphe !.

Est-on civilisé ?

L'art doit être le compagnon de nos quatre principales nécessités indispensables à nos vies de manière à ce qu'elles soient agréables à l'oeil et à l'ouie.

Citons nos quatres nécessités.

Manger : Agriculture et Art

S'habiller : Tissage et Art

Se loger: Architecture et Art

Se soigner: Science, médecine et art

Ce tout essentiel est indispensable à la subsistance de la planète.

Que le solail nous baigne de sa lumière matutinale !

Emblavons le bon grain

                                                Raymond Chermat

Repost 0
Published by Raymond Chermat - dans philosophie politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Raymond Chermat
  • Le blog de Raymond Chermat
  • : Des pensées venues en écoutant les autres au fil des jours.
  • Contact

Recherche

Liens