Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 octobre 2017 7 22 /10 /octobre /2017 10:41

 

Les barbaries de toutes sortes semblent être au service de la finance, elle même au service de religions et autres idéologies cousues d’invraisemblances, et dont les écrits laissent supposer une quelconque vérité sur la création de l’humain.

Seule la science nous sortira de ces abyssales questions :

D’où venons-nous ?

Que sommes-nous devenus ?

Comment comprendre des phrases du genre : « L’être humain est une création réfléchie d’un Dieu souverain ».

Quelques phrases dictatoriales : « Que toute personne soit soumise aux puissances supérieures car il n’y a point de puissance qui ne viennent de Dieu et c’est lui qui a établi toutes celles qui sont sur la terre. Celui donc qui résiste aux puissances résiste à l’ordre de Dieu et ceux qui y résistent attirent la condamnation sur eux-mêmes. **

Je comprends mieux Anaximandre,  philosophe grec qui disait, environ 500 ans AV. J. C. que l’être humain descendait du poisson.

Quand j’écris que seule la science nous sortira de cet infini d’avant, je pense que c’est une voie possible : les études qui creusent dans l’infini d’avant nous aides à parfaire notre VIE dans son éventuel infini d’après. N’oublions pas que l’écologie est une science !

Une trilogie s’impose à nous : Science, Philosophie, Poésie.

Vérifions si Anaximandre était plus scientifique que religieux, plongeons un moment au fond des océans, trouvons et étudions la vie des Syngnathe, Linophryne, Lasiognathus, Saccostoma, Lamprotoxus flagelibarba, Benthosaurus.

Dans les abysses plus chauds, environ 300° centigrade, on en trouve d’autres dont on ne connaît pas encore le mode de vie ! Ce sont peut-être nos ancêtres !

Au fond des océans et ailleurs, au fur et à mesure de nos explorations, on s’aperçoit que la NATURE est plus savante que nous !

Charles Robert DARWIN, Reviens ! Peux-tu ?

À propos de sciences, les écrits religieux sont d’une pauvreté remarquable.

Les écrits scientifiques sont issus d’observations et d’expérimentations. Elles sont détaillées à l’aide de très nombreuses spécialités.

Les connaissances en sont la récompense : Culture, Education, Savoir, indiquent le chemin vers une certaine vérité.

C’est au sein de l’éducation nationale, à l’aide de la science, de la philosophie, de la poésie que se nourrissent les racines de la laïcité.

Ainsi peut pousser un modernisme sage, afin d’éclairer la route vers l’infini d’après.

Les écrits religieux sont issus d’idéologies dont Dieu constitue l’élément de base sur lequel se greffe, chez d’aucuns, un certain prosélytisme dangereux. Les fenêtres de la science se ferment et, l’horizon de la VIE disparaît dans l’obscurité totale.

*   Revue de l’Anthropocène, Editeur : Frank OLDFIELD, Université de Liverpool, UK

** Saint-Paul aux Romains, XII 1, 2

Emblavons le bon grain !

                                                                                            Raymond Chermat

Repost 0
Published by Raymond Chermat
commenter cet article
22 octobre 2017 7 22 /10 /octobre /2017 10:28

La nature n’a pas étudié, elle n’a pas été à l’université, elle n’a pas eu de diplôme des grandes écoles. Elle a tout simplement été à son école. Elle a inventé l’autodidactisme.

Observons-la ! À l’aide de  son autodidactisme, elle peut nous enseigner !

A-t-elle la science infuse ?

 Nous ? Nous étudions et trouvons le moyen, à l’aide de notre science non infuse, de créer notre destruction !

Barbarie ! AÏE  AÏE AÏE !

Un jour à 16 heures : des dessinateurs d’un talent sans pareil sont massacrés à la kalachnikov dans une salle de rédaction !

Les massacreurs ont  crié : Allahou Akbar ! «  Dieu est le plus grand ! »

Est-ce la preuve que dieu existe et, qu’il est barbare ? Il a fait l’homme à son image !  Dit-on !

Je suis CHARLIE ! Que vive la liberté d’expression !

Il a toujours été dans mon esprit !

J’ai une spiritualité sans dieux et cela me convient pour vivre décemment.
D’habitude  en fin de mes blogs j’écris : Emblavons le bon grain !

Aujourd’hui j’écris : Emblavons, le bon grain  et que pousse la liberté de penser et d’écrire.

Barbarie quitte nous !

Connerie humaine quand tu nous tiens !

À l’école, il faut dire aux élèves, qui nous sommes réellement dans le monde et, leur dire de quels comportements nous sommes capables.

Sommes-nous civilisés ?

Revenons à nos moutons.

 Nos scientifiques en recherches fondamentales nous avaient prévenus du fait que, manipuler le nucléaire était une aventure pleine d’incertitudes pour notre planète.

Les scientifiques en recherches appliquées, en jouant aux apprentis sorciers, nous ont plongés dans les abîmes dépourvus de lumière.

Nos terres agricoles ne sont plus saines.

Nos systèmes physiologiques sont affectés et des maladies se multiplient, des dysfonctionnements physiques et mentaux sont observés.

Par exemple : À quoi attribuer la diminution constatée de la spermatogénèse ?

La liste est trop longue !

Doit-on se taire ?

Partout dans le monde, l’impression est que les politiques se taisent à propos de l’essentiel pour un monde meilleur.

Les politiques donnent l’impression d’entendre  une petite voix leurs dire :

----- Ne touchez pas à mon nucléaire !

----- Ne touchez pas à mon pesticide !

----- Ne touchez pas à mon herbicide !

----- Ne touchez pas à mon médicament mal étudié !

----- Ne touchez pas à mes rivières polluées !

----- Ne touchez pas à mes mers polluées !

----- Ne touchez pas à mes océans pollués !

----- Ne touchez pas à mon air pollué !

----- Ne touchez pas à tout ce qui peut créer la mort artificielle !

Toutes ces petites voies ressemblent aux cris des groupes de pression guidés par la cupidité.

L’influence de l’être humain est devenue prédominante sur la nature, la prédation est au bout de la route ! Nous sommes devenus prédateurs de nous-mêmes. 

En écoutant toutes ces petites voix, les politiques de toutes obédiences sont-elles au service de l’humanité ?

Sont-elles au service de la mort artificielle ?

Observons !

Un large regard du Nord au Sud et d’Est en Ouest sur notre globe nous fait voir de telles aberrations que le doute est évident !

On fait couler le sang pour que l’encre destinée à l’expression de la pensée ne coule plus !

Je le répète ! Il le faut !

Emblavons le bon grain !

                                                                              Raymond Chermat

Repost 0
Published by Raymond Chermat
commenter cet article
22 octobre 2017 7 22 /10 /octobre /2017 10:11

En présence d’un tel travail parlementaire l’invective prendrait sa place au bar ! Là est son adéquat salon.

Je répète ici que je suis bien prétentieux à vouloir définir le mot politique.

Actuellement, en la lisant, en l’écoutant, en assistant à son évolution, seul l’absurdité lui convient comme partenaire.

Les oligarchies financières qui gouvernent le monde de manière dictatoriale contre le bien de nous tous, avancent à grands pas de géant vers des totalitarismes de type religieux et/ou idéologiques dangereux, au sein desquels l’argent est le puissant carburant.

Nos corps, nos esprits sont déchirés !

La cupidité est la mère des conneries humaines.

Quand serons-nous suffisamment mortifiés ?

Il nous faut prendre conscience que nous ne sommes que de minuscules petites « bêtes » en promenade éphémère, sur un globe en suspension dans le multivers.

Effaçons nos prétentions au bénéfice du respect, eu égard à la nature.

Les minutes sont plus nombreuses que les heures ! Et si on était épicurien quelques minutes de temps en temps, les réflexions profondes seraient peut-être plus productrices d’éléments positifs pour un monde meilleur avec amour!

Il nous reste à définir le mot AMOUR ! Peut-être même à trouver les mots pour le définir correctement. Les encyclopédistes ont un énorme travail devant eux !

Le feu a été découvert par l’être humain il y a environ un million d’années. Il y a eut des petites guerres à ce sujet. Le moteur de ces « guerres » n’était pas encore la cupidité mais, surement la possessivité. 

- Déjà - !

Jean -Jacques Annaud réalisa un film d’aventure préhistorique à ce sujet en 1981; La guerre du feu.

Depuis, il y a eu de nombreuses guerres, où nous avons toléré l’intolérable, nous avons été complices d’injustice, de crimes, de violentes, de tortures, de barbaries.

Innombrables sont les innocents morts pour RIEN !

Nous avons cru bon de provoquer de telles inhumanités en ajoutant à la possessivité déjà existante, la cupidité, à partir de la création de la monnaie.

Les premières pièces de monnaies ont vu le jour sous la dynastie des Tchou – 770 av. J.C. , puis en Lydie, Asie Mineure, par les Lydiens sous le roi Gigès – 670 av. J.C. gravées de figures d’hommes et d’animaux.

En Lydie coule la rivière Pactole affluent du fleuve Hermos. Dans le courant d’Hermos brillaient des paillettes d’or. Crésus s’en aperçut ! La cupidité naissait !

Aujourd’hui quand l’être humain parle de l’argent en quantité il lui arrive d’utiliser le mot « pactole ». Il existe une formule pour parler de lui de vive voix dans la discrétion : « Paye le pactole en liquide » ! Il y a des expressions qui viennent de très loin.

La corruption évoluait !

Bien avant ces dates les échanges se faisaient sous forme de traites, de reçus, de lettres de change, 5000 ans av .J.C. sous forme de cachets et plus tard 3800-3500 av. J.C. sous forme de cylindres.

Les échanges existaient aussi sous forme de minuscules pierres dures ou semi précieuses.

Notre argent aujourd’hui a donc de très vielles racines dans les rivières  d’Asie Mineure.

Ne ditons pas que la nature est notre mère ?

J’ai utilisé le mot multivers, il est relativement récent dans les écrits cosmologiques, il laisse supposer l’existence d’innombrables univers dont le notre, pour lequel Stéphen Howking * cherche un éventuel architecte.

Il dit que la route de notre survie se trouve au milieu des étoiles. À ce jour, cette route ne semble pas éclairer l’avenir de notre futur immédiat.

 En effet, par notre manque de réflexion nous détruisons notre environnement.

Nous sommes si petits au milieu de toutes ces immensités, qu’au lieu de s’atteler à un défrichage de cette route, nous nous évertuons à l’encombrer de gravats issus de nos conneries humaines – guerres absurdes et autres bêtises inutiles – qui n’ont servi qu’à tuer, à polluer et à enrichir quelques survivants « élites » qui ont su se mettre à l’abri sous des lambris dorés.
Sous les lambris dorés, ces « élites » responsables réalisent peut être que leur VIE est éphémère et leur égoïsme est leur tranquillisant.

Evoluant avec beaucoup de prétention dans ce multivers, nous donnons l’impression d’avoir atteint les limites de la physique, de la chimie, de la biologie pour ne citer que ces trois sciences. Nous n’avons aucune humilité ! Nous semblons ne pas avoir de doute.

Nous donnons l’impression que les manipulations, sans précaution suffisante, de certaines molécules chimiques et/ou des noyaux atomiques, bloquent toutes nos recherches scientifiques pour que la VIE soit.

Archimède s’écria EURÊKA ! Ce n’était pas dangereux ! Il s’agissait d’une simple poussée ! Les soudaines compréhensions sont parfois mauvaises conseillères ! Molécules chimiques mal étudiées, médicaments pas suffisamment étudiés, systèmes atomiques mal employés, donnent tous les jours des effets collatéraux dangereux pour la santé publique.

La nature nous montre tous les jours qu’elle connaît tous ses secrets, elle maîtrise parfaitement toutes les sciences.

Elle a eu droit à quelques erreurs, Pompéi fut terrible, mais nous avons fait pire !!!

Parfois elle tremble, parfois elle se sert de ses volcans pour se purger. Elle fait ce qu’elle peut pour nous épargner ! La nature manipulait son nucléaire depuis la nuit des temps, elle a su être prudente, la preuve, elle nous a engendrés. Elle utilise sa science avec sagesse !

Nous ? Nous aimons les explosions artificielles, plus elles sont énormes et sophistiquées, plus elles tuent et plus nous jouissons, surtout quand c’est l’autre qui meurt.

Ainsi nous nous tuons et, tuons la nature en oubliant que sans elle nous ne pouvons vivre !

* Stephen Howking et Leonard Mlodinov, Y a-t-il un grand architecte dans l’univers ? Odile Jacob, février 2011

Emblavons le bon grain !

                                                                                   Raymond Chermat

Repost 0
Published by Raymond Chermat
commenter cet article
22 octobre 2017 7 22 /10 /octobre /2017 09:58

Politiques, journalistes, écrivains, débateurs et autres tribuns, essayons de prendre conscience, avant de discourir, que tous nous sommes soumis à la puissance indestructible de l’argent. La finance est maîtresse du monde ! Essayons d’utiliser ce système monétaire pour notre bien en éradiquant nos trois virus ; cupidité, égoïsme, jalousie. Toutes paroles émises en politique en dehors de cette prise de conscience sont vouées à l’incompréhension, à l’échec et à l’oubli versus le seul objectif à viser « la VIE décente de chacun ».

La misère intellectuelle semble prendre racine. Le machisme fuse !

Sommes-nous civilisé ?

Le langage politique est devenu tellement pauvre qu’au travers des mots prononcés dans des phrases toutes faites à l’avance, jamais n’apparaît la puissance de la finance dans le monde, jamais n’apparaît le fonctionnement et/ ou le dysfonctionnement de notre système nerveux central, moteur de nos comportements issus de pensées qui sont à l’origine de nos conneries humaines.

Avoir le « pouvoir » et ne pas pouvoir dire que l’on est soumis à de tels absolutistes qui, eux, détiennent le pouvoir de manière despotique, est surement très frustrant.

Nous pouvons nous pardonner : Nous ignorons ce qu’est la pensée ! Nous ignorons d’où nous vient-elle ! Nous ignorons comment nous vient-elle !

Ce que l’on sait de notre cerveau c’est qu’il est géré par un système très complexe appelé BCPE  - Biochimicophysicoélectrique – Excusez la longueur de ce mot mais il est parfois difficile de simplifier le compliquer ! C’est pourquoi je l’utilise souvent sous forme de sigle : BCPE !

Comment faire, pour faire mieux ? Comprendre la naissance d’une connerie humaine c’est déjà compliquer ! Alors ? Imaginons comprendre le BCPE !

Créons pour VIVRE !

Ne créons pas pour mourir artificiellement !

Créer pour VIVRE est peut-être plus difficile mais, plus passionnant que créer pour mourir !

Parfois, en écoutant le  parlement en activité, cela me rappelle l’activité des enfants au cours de la récréation dans une cour d’école au moment où les billes sont à la mode.

Au parlement, le recours à l’invective est une preuve d’incapacité de créer, de gouverner.

On ne peut créer en faisant claquer les pupitres !

La connerie humaine est aussi un énorme virus !

Peut-on éradiquer cette « maladie endémique » ?

Emblavons le bon grain !

                                                                                              Raymond Chermat

Repost 0
Published by Raymond Chermat
commenter cet article
22 octobre 2017 7 22 /10 /octobre /2017 09:29

Quels sont les grands absents de ces débats ?

----- La VIE

----- Les agriculteurs qui cultivaient bien leur terre avant de devenir des industriels.

----- La science.

----- Les réflexions sur la puissance de l’argent dans tous les domaines.

----- l’ignorance que nous sommes prédateurs de nous-mêmes.

----- L’écologie indispensable à notre survie.

----- Les architectes pleins d’imaginations pour un habitat écologique.

Trop longue est la liste des absences au court de ces bavardages politiques.

Les invectives et les polémiques sont nuisibles à la politique ! Je fais court en disant « La mémoire,  l’imagination, le pouvoir d’adaptation, la création sont des composantes indispensables au futur de l’humanité ».

Horreur ! Un matin on allume la radio, qu’entend-on ? 140 élèves ont pris individuellement dans leur petit cerveau une balle, des gens qui croyaient en leur dieu ont ainsi pérennisé la plus vile des conneries humaines. Je n’ai pas trouvé d’autre mot que vil, existe-t-il une épithète suffisamment « adéquate » en la circonstance ? 

 Il nous faut savoir au plus vite, quel est ce neuromédiateur qui, en se plaçant au contact d’une synapse quelque part dans notre cerveau, fait que nous exécutons une connerie humaine.

Seule la science pourra peut-être, un jour, répondre à cette question.

Le passé n’est plus, utilisons la mémoire.

Le futur n’est pas encore à nos portes, utilisons l’imagination.

Le présent est là, il nous montre combien il est urgent d’utiliser le pouvoir d’adaptation et de création afin de placer nos enfants et petits enfants sur la route d’un avenir plus vivable, à l’abri de la mort artificielle dont nous avons eu l’indécence d'effectuer la préfabrication.

Il faut faire l'école autrement !

Invitons nos élèves, dans les écoles, à lire le plaidoyer du Pr japonais Mitsueh Muratan, de l’abri de la mort artificielle que nous avons eu l’indécence de leurs pré fabriquée.

À l’université Tukaigakuen, le 20-09-2012 il disait : J’appelle à une interdiction totale du nucléaire. Lire aussi les conférences du Dr Michel FERNEX, Tchernobyl,Fukushima.

Ceci est une indécente préfabrication de multiples morts artificielles que nous devons éradiquer eu égard à nos descendants.

Emblavons le bon grain

                                                                             Raymond Chermat

Repost 0
Published by Raymond Chermat
commenter cet article
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 09:53

Aujourd’hui la VIE s’appauvrit dès l’école.

Ensuite, impulsée par la cupidité, elle dérive au bénéfice du commercial où, parfois, se vendent les objets superflus, mal étudiés, inutiles, voire mortels eu égard à la VIE.

 Le nucléaire, les pesticides, les herbicides, les produits de lavage, les médicaments et autres ingrédients toxiques se promènent dans l’air, les eaux de nos rivières, de nos mers, de nos océans et, en cherchant bien, ils se promènent aussi dans nos poumons et nos veines.

En océan s’accumulent des déchets d’une superficie de plus de trois millions de kilomètres carrés, soit plus de cinq fois la superficie de  la France. Qu’en fera-t-on ?

Le bateau aspirateur est à inventer !

 La leçon de choses est indispensable !

La science utile à la VIE, va-t-elle s’éteindre au bénéfice de la science utile à la mort artificielle de l’humanité ?

 Notre air, notre eau, nos mers, nos océans, nos terres sont sales ! Je le répète !

 L’humanité est en danger absolu.

Et ? Que lit-on ?

Qu’écoute-t-on ?

Que débat-on ?

Que voit-on ?

 Des histoires d’alcôve, que tel ministre a mis sa cravate de travers, que tel autre a mis ses sous en Suisse, qu’un autre a corrompu untel, qu’un autre s’est laissé corrompre par un tel pour accéder au pouvoir avec plus de facilité et, en profiter !

Allez ! Caricaturons rapidement et sans trop exagérer 

Tu es corrompu ! Réponse : Prouve-le !

Tu ne payes pas tes impôts ! Menteur !

Tu planques ton argent en suisse ! Droit dans les yeux, je te dis que non !

On se croirait dans une cours d’école à propos de billes, et on est, sous les lambris dorés, en présence d’hommes politiques adultes !

Au cours de quelques débats on tourne en rond avec les mêmes mots placés différemment suivant la phraséologie nécessaire à l’argument émis.

Scientifiser, philosopher, poétiser, intellectualiser les débats en politique serait rendre service à la VIE.

Emblavons le bon grain 

                                                                                                   Raymond Chermat

Repost 0
Published by Raymond Chermat
commenter cet article
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 09:26

En 1936 j’avais 6 ans j’étais avec mon Papa chez Renault à la fin de la grande grève générale, c’était la fête ! Depuis j’ai beaucoup observé.

Les différentes idéologies rivales à l’époque de Max Weber ont tenté d’imposer leurs valeurs sans fondement scientifique.

Ce fondement scientifique s’estompe sous nos yeux, en outre à l’école, les maths ont mauvaise presse, notons qu’une science moins destructrice de l’environnement en a terriblement besoin.

L’envie d’étudier la science, dès l’élémentaire, en commençant par la vieille « leçon de choses » semble sérieusement s’estomper au bénéfice du commercial, du psycho et tout autre section néanmoins indispensables à la vraie VIE.

La leçon de choses, vieille expression utilisée dans les écoles de mon vieux temps, il y a déjà 74 ans, m’a beaucoup appris.

Le travail, dès maintenant et dans le futur, se trouve et se trouvera partout et en abondance, car, sans sciences fondamentales appropriées à la VIE, peut-on imaginer anéantir les morts artificielles que nos conneries humaines ont répandues sur notre globe ?

Ces morts artificielles étant les résultantes d’une science appliquée sans réflexions préalables et donc sans expérimentations en laboratoires avant l’application.

 La nature se fâche, parfois.

La leçon de choses peut aider à écouter son cri !

Parfois nous provoquons son cri.

Elle a besoin que notre science vienne à son secours.

Elle a besoin de sciences fondamentales.

Elle a besoin que, cette science fondamentale soit appliquée sagement. De grandes réflexions s’imposent

La science doit être au service de la VIE.

Emblavons le bon grain                                                       Raymond Chermat

 

Repost 0
Published by Raymond Chermat
commenter cet article
20 octobre 2017 5 20 /10 /octobre /2017 16:46

Il existe la gauche, la droite, le centre, puis le centre droit et le centre gauche.

Les extrêmes, il vaut mieux se débrouiller pour les éviter, car, partout où ils s’exercent ou se sont exercés, de grands malheurs se sont abattus sur les peuples.

À gauche il y a des impulsions de droite.

À droite il y a des impulsions de gauche.

Au centre il y a des impulsions de droite et de gauche.

Dans les extrêmes il y a des impulsions d’hostilité, de haine, d’intolérance, d’envie d’élimination de l’autre pour que vive l’un.

Pourquoi de telles impulsions ? Est-ce la preuve de la puissance absolutiste de la finance ?

Surement ! Parce que tous les pouvoirs sont sous l’autorité dictatoriale de l’argent. Il règne à travers le monde à l’aide d’un absolutisme qui lui donne une puissance à toutes épreuves.

Sa puissance est telle qu’elle nous induit trois virus de base : Cupidité, Egoïsme et Jalousie.

 Ces trois virus ne sont pas seuls à agir en politique mais ils nous permettent de rester simples et ouverts aux énormes problèmes qui se posent à travers le monde.

Pour commencer, je répète ici ce que j’ai déjà suggéré dans les pages précédentes :

La solution pour un autrement doit naître à l’école !

Dans quel but ? La VIE !

Max Weber, Historien, Sociologue, Economiste, enseignait le droit à Berlin.

Il a participé à la fondation de la sociologie moderne et s’est engagé dans l’action politique.

Il disait : « L’homme qui fait de la politique aspire au pouvoir, soit parce qu’il le considère comme un moyen au service d’autres fins – idéales ou égoïstes -, soit qu’il le désire pour lui-même en vue de jouir du sentiment de prestige qu’il confère ».

Les résultantes du très mauvais partage de l’argent qui a toujours eu des effets néfastes, s’exercent encore aujourd’hui de plus en plus violemment, en outre, des myriades de routes plus ou moins discrètes leurs sont ouvertes par la mondialisation.

Les paradis veillent au grain !

Emblavons le bon grain

                                                               Raymond Chermat

 

 

Repost 0
Published by Raymond Chermat
commenter cet article
20 octobre 2017 5 20 /10 /octobre /2017 16:27

 

Quand je mesure mon ignorance en politique, je suis bien prétentieux à vouloir la définir en si peu de pages.

La politique est un espace tellement vaste qu’un engramme de son ensemble dans mon cerveau est impossible.

Une vision globale sur le fonctionnement des gouvernements dans le monde me fait penser que je ne dois pas être le seul dans ce cas de figure.

En parler est de ce fait une tâche d‘une complexité telle, que je ne peux que faire une tentative de simplification.

Cependant, ma pensée est, que la politique ne joue pas correctement son rôle en excluant trop souvent, de son langage : Science, Philosophie et poésie.

Je viens de lire l’illustration de ma pensée dans philosophie Magazine n° 87 Mars 2015, dans  un passage d’une réponse d’Etienne Klein à Jérôme Ferrari. Il s’agit d’une période où en Allemagne des scientifiques quittaient leur pays pour les Etats-Unis. E.K. dit ceci à J.F: « Repensant à la suite de l’histoire, il est terrible de se dire qu’au moment même où l’Europe scientifique produisait le meilleur d’elle-même, l’Europe politique engendrait le pire  : Mussolini, Hitler, Staline…. »

Est-ce possible ?

Constatons et simplifions !

Emblavons le bon grain

                                                         Raymond Chermat

 

Repost 0
Published by Raymond Chermat
commenter cet article
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 10:31

 

L'être "humain" est belliqueux ! C'est un animal verticalisé ! C'est ancestral et le "progrès" n'a rien arrangé ! N'oublions pas qu'un jour un acide nucléique a fait l'amour avec une protéine !

Pour répondre à ces questions il est indispensable d’ouvrir les portes sur l’avenir. Cela ne peut se faire qu’à l’école, le plus tôt possible !

Socrate, 400 ans avant notre Ere nous disait : "Connais-toi toi même"

Pour nous, adultes, il est trop tard, actuellement nous sommes devenus définitivement nuisibles par cupidité, égoïsme et jalousie, faute d’avoir appris que la NATURE nous avait engendrés et qu’elle était notre maîtresse à VIE. Ne tuons pas GAÏA ! Elle est la terre, notre mère nourricière universelle. -Harrmonie dans la vie-.

Elle nous parle tous les jours et nous ne l’entendons pas. Nous avons été très prétentieux et nous avons manqué d’humilité. Nous n’avons pas été fichus de réaliser que la NATURE a su tout faire sans nous ! Nous la critiquons parfois, alors qu’elle nous montre tous les jours comment bien faire et, nous n’avons aucun respect pour elle. Elle est notre mère sachons la respecter ! Pourquoi nous nous autodétruisons en essayant de la détruire ? Et si on copiait son génie ! Il n’y aurait pas de honte à cela puisque c’est elle qui nous nourrit ! Et que, sans manger et sans boire on meurt, c’est simple ! Engageons nos enfants à cela, ils montrent souvent qu’ils sont plus passionnés par la VIE que par la mort, surtout quand la mort leurs est présentée sans leur dire que, souvent, nous la provoquons et, qu’elle est alors artificielle. Cette mort que nous avons inventée pour tuer l’autre ne sert qu’à nous tuer en tuant la NATURE. Ainsi, nous avons pensé que nous étions civilisés et l’autre pas. Est-ce intelligent de s’adapter à l’intolérable ? Nous inventons de quoi nous détruire avec une facilité déconcertante. Et, nous avons beaucoup de difficultés à organiser le travail de recherches nécessaires à l’éradication des maladies, dont nous sommes les principaux vecteurs à l’aide de nos propres inventions maléfiques. Nucléaire, pesticides, herbicides et autres innombrables "cides" On se tue facilement, les bombes se déversent sur les peuples ; bébés, enfants, adolescents, mères et, futurs mères et pères innocents, ils nous sont montrés ensanglantés. Ce sont les adultes qui provoquent ces exemples, parfois on en tire vanité sans honte.

Le matchisme fait rage ! Le cerveau  vous dis-je ! Sait-on comment il fonctionne et/ou dysfonctionne ?

L'enfant peut prendre exemple !!!! Il y a danger !!!!

Sommes-nous civilisés ?

Posons la question à l’école ?

Emblavons le bon grain !

Raymond Chermat

Repost 0
Published by Raymond Chermat
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Raymond Chermat
  • Le blog de Raymond Chermat
  • : Des pensées venues en écoutant les autres au fil des jours.
  • Contact

Recherche

Liens